Catégorie : Suisse

La Suisse devrait ouvrir le mariage aux lesbiennes et aux gays

Se marier et fonder une famille. Cela devrait être possible pour les couples homosexuels en Suisse aussi. Selon la première tendance publiée par l’institut gfs.bern, le peuple accepterait le projet de mariage pour toutes et tous. La Confédération devrait suivre dimanche la tendance européenne, en accordant aux personnes homosexuelles le droit de se marier. Les citoyennes et les citoyens devraient plébisciter une modification du Code civil légalisant le mariage entre deux femmes ou deux hommes. Le projet permet aussi aux couples de femmes d’accéder à la procréation médicalement assistée, la PMA. La Suisse fait partie des quatre derniers pays d’Europe de l’Ouest à de pas accorder aux couples de même sexe le droit de se marier, avec l’Italie, la Grèce et le Liechtenstein. Elle semble toutefois prête à adopter cet important changement sociétal. Selon les sondages qui ont précédé le vote, une large majorité des Helvètes y sont en effet favorables. Un refus dans les urnes…

Taxer les plus riches, une idée qui n’emballe pas les Suisses

Les citoyennes et citoyens helvétiques ont balayé dimanche dans les urnes une proposition qui visait à imposer davantage les revenus des plus riches. Un rejet qui s’inscrit dans une longue série d’échecs similaires d’initiatives issues des rangs de la gauche. Comme le prédisaient les sondages, l’initiative populaire «Alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital» a subi un net rejet dimanche en votation populaire. C’est ce que montrent les premières tendances de l’institut gfs.bern. Lancée par les Jeunes socialistes (JS), l’initiative dite 99% demandait de taxer à 150% au lieu de 100% les revenus du capital (intérêts, dividendes et revenus locatifs notamment) au-dessus d’un certain seuil. Le Parlement aurait dû fixer ce montant dans la loi d’application, mais le chiffre de 100’000 francs a été régulièrement avancé par les initiants. Concrètement, cela signifie qu’une personne ayant perçu 150’000 francs en un an grâce au placement de sa fortune aurait…

Le mariage pour toutes et tous à l’épreuve des urnes

Les couples de même sexe auront-ils le droit de se marier en Suisse? Et faut-il taxer davantage les plus riches pour aider les plus pauvres? Le peuple suisse se rend aux urnes ce week-end pour répondre à ces deux questions. Les résultats des sondages en vue des votations du 26 septembre laissent peu de place au suspense. Après la plupart des pays d’Europe occidentale, les Helvètes devraient accorder dimanche aux couples homosexuels le droit de se marier. Près de 63% du corps électoral se disait favorables au projet, selon le dernier sondage réalisé en septembre par la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR). Les citoyennes et les citoyens se prononcent sur une modification du Code civil légalisant le mariage entre deux femmes ou deux hommes. Aujourd’hui, les couples de même sexe ont uniquement la possibilité de conclure un partenariat enregistré. Chaque année, environ 700 couples font ainsi reconnaître leur union. Les partenaires enregistrés bénéficient à bien des…

Le Nord y renonce, le Sud en redemande: le poulet devient un dilemme mondial

Après des décennies de production animale de masse, de nombreuses personnes en Suisse cherchent des alternatives acceptables. Dans les pays émergents comme l’Inde, cependant, l’élevage industriel permet pour la première fois aux populations de mettre de la viande dans leurs assiettes. Les tendances ne pourraient être plus contraires. Le poulet est une source efficace de protéines – et l’Inde est un marché en plein essor. Un poussin éclot après 18 jours, le jour suivant il est vacciné et ingurgite souvent sa première dose d’antibiotiques. Il atterrit ensuite dans l’exploitation d’engraissement. Trois mois plus tard, il est prêt à être abattu et produit un bon kilo de viande de poulet. Le poids d’un poulet à l’abattage en Suisse est aujourd’hui le double de ce qu’il était il y a 70 ans. Et il atteint ce poids en deux fois moins de temps. «En Inde, la viande n’était pas une priorité» L’entreprise indienne Suguna Chicken produit sept millions de poulets par semaine. Cela en fait le…

La fouille du smartphone, une nouvelle étape sur les routes de l’exil

À l’avenir, la Suisse pourra fouiller les téléphones portables des demandeuses et demandeurs d’asile afin de vérifier leur identité. Si la méthode est en vogue à l’internationale, elle suscite la controverse. Pionnière en la matière, l’Allemagne pourrait être contrainte d’y renoncer. La majorité des personnes qui demandent l’asile en Suisse arrivent avec un téléphone portable, mais sans papiers. Ils ne peuvent ainsi pas prouver leur identité. Le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) pourra bientôt contrôler leurs données mobiles, s’il s’agit de l’unique moyen de les identifier. Téléphones, ordinateurs, tablettes ou montres connectées pourront ainsi être passés au peigne fin par les autorités. Les informations récoltées à l’aide d’un logiciel seront ensuite sauvegardées sur un serveur sécurisé, pendant une durée d’un an. Le Parlement a accepté, le 15 septembre dernier, une initiative parlementaire qui confère cette nouvelle compétence au SEM. L’auteur du texte, le député de…

La Chaîne du Bonheur célèbre 75 ans de solidarité suisse

En trois quarts de siècle d’existence, la Chaîne du Bonheur, le «bras humanitaire» de l’audiovisuel public, est devenue l’une des principales sources de financement de l’aide humanitaire en Suisse. Elle a collecté à ce jour près de 2 milliards de francs. Rétrospective. La Chaîne du Bonheur est l’une des organisations caritatives les plus emblématiques de Suisse. Elle fête en ce mois de septembre ses 75 ans d’existence, un anniversaire qui sera célébré lors d’une semaine de collecte spéciale pour les enfants dans le besoin en décembre. Son histoire débute en 1946, à Lausanne (canton de Vaud). Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, une grande partie de la population helvétique vit dans la misère. Il n’est pas rare de voir des mères célibataires batailler pour subvenir aux besoins de leurs enfants avec quelques centaines de francs par mois. Deux animateurs de la radio publique de Suisse romande (alors nommée Radio Sottens, devenue depuis la Radio Télévision Suisse RTS), Roger…

«Angela Merkel était une bonne amie de la Suisse»

Pour Johann Schneider-Ammann, la Chancelière allemande sortante, Angela Merkel, est une femme très cultivée, modeste et posée. L’ancien président et ministre suisse de l’économie raconte des expériences partagées, comme le fait que Mme Merkel l’ait une fois ramené chez lui en avion. Je me remémore très volontiers mes rencontres avec la Chancelière Angela Merkel. Ces expériences ont été formatrices pour moi. J’ai rencontré Mme Merkel à plusieurs reprises lors de mon année présidentielle. Dès le début de l’année, au salon de l’électronique CeBIT à Hanovre. Il était important pour nous deux que nos pays soient et restent compétitifs et innovants. La chancelière Merkel a perçu, comme personne auparavant, l’importance de l’ouverture du tunnel de base du Saint-Gothard, pour laquelle elle s’est rendue spécialement sur place, le 1er juin 2016. Le tunnel et son ouverture ont également constitué à l’époque un signal indiquant que la Suisse souhaitait apporter sa contribution à l’Union…

Protection du climat ou réduction de la pauvreté: la Suisse face à un dilemme

La Suisse s’engage, dans le cadre de l’ONU notamment, en faveur de la protection du climat et de l’environnement. Elle lutte également contre la pauvreté et la faim. Avec, parfois, des conflits d’intérêts. La Suisse soutient les populations paysannes du Mali. Elle finance, dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest, la construction de systèmes d’irrigation pour accroître les rendements des champs arides. Dans les pays du Sud, la Direction du développement et de la coopération (DDC) défend les intérêts des familles paysannes de manière à ce que ceux-ci soient pris en compte dans les législations nationales. Elle contribue également à l’élaboration de réglementations internationales qui leur offrent un meilleur accès au capital, aux semences, à la terre ou à l’eau. Des acteurs aux objectifs différents Par rapport à d’autres pays, la Suisse investit beaucoup dans l’agroécologie, une approche intégrative qui lie les domaines écologique, social, économique et culturel. Deux exemples: les…

«En Suisse, fonder une start-up n’est pas suffisamment bien vu socialement»

L’aversion au risque est encore trop marquée en Suisse, estime Gina Domanig, qui dirige depuis plus de vingt ans Emerald Technology Venture. Cette société de capital-risque zurichoise investit dans près de 70 start-up actives dans les technologies propres, la grande majorité d’entre elles à l’étranger. Comme toutes les sociétés de capital-risque, Emerald Technology Ventures lève des fonds auprès de gros investisseurs (investisseurs institutionnels du type fond de pension, grandes sociétés multinationales, etc.) et investit cet argent dans des start-up prometteuses. Toutefois, Emerald Technology Ventures se distingue des capital-risqueurs généralistes dans le sens où cette société investit uniquement dans des start-up spécialisées dans les technologies propres. Basée à Zurich, Emerald Technology Venture affirme gérer des fonds à hauteur de 325 millions de francs. Série: des femmes aux commandes Les femmes restent encore largement sous-représentées dans les hautes sphères de…